Les TOC,

qu'est-ce que c'est ?

Le TOC, ou trouble obsessionnel compulsif, toucherait environ 2% de la population.

Médiatisés il y a quelques années par des reportages souvent consacrés aux TOC les plus courants (vérification lavage, contamination), le grand public connaît finalement assez peu ce "dysfonctionnement" cérébral.

Un TOC, c'est une pensée qui s'impose de manière irrépressible au malade (l'obsession), provoquant une anxiété majeure, dont seule la réalisation d'un rituel (la compulsion) - lavage, gestes "magiques", vérification, récitation de mots, etc. - pourra le libérer. En période de crise, la ritualisation monopolise totalement le malade, rendant toute vie sociale, professionnelle ou familiale impossible. 

Il peut également s'agir de pensées intrusives appelées phobies d'impulsion, non suivies d'une ritualisation. Le malade est envahi par des idées négatives (peur de faire du mal), ayant souvent pour thème l'orientation sexuelle, le couple, la pédophilie, la zoophilie ou la peur de blesser ou tuer autrui.

On connaît mal l'origine du trouble (génétique ? généré par un traumatisme ? mimétisme ?), mais la recherche avance et l'on sait maintenant quelle zone du cerveau est le foyer du toc.

Le TOC se caractérise par le surgissement incontrôlé d'une pensée obsédante, qui va tourner en boucle dans le cerveau du "toqué" jusqu'à la réalisation d'un rituel qui la fera disparaître... pour un temps seulement.

Car le TOC est fourbe. Un rituel en entraîne un autre, jusqu'à rendre le quotidien du toqué insupportable. Journées gâchées par des heures passées à ritualiser, lenteur au travail (toc de vérification), impossibilité de réaliser des tâches simples.

Sans suivi, sans traitement, le malade peine à maîtriser ses rituels et sa vie quotidienne devient un calvaire, pouvant mener au suicide ou à une dépression majeure. 

Les TOC se déclinent à l'infini. On peut toutefois reprendre la classication de Yale-Brown

(Y-BOCS) qui recense les différents symptômes (ci-dessous une liste exhaustive) :

- les obsessions de contamination : liées à la propreté, aux maladies, aux éléments contaminants ( produits toxiques), dégoût des sécrétions corporelles...

- les compulsions de lavage : lavage des mains ou du corps excessif, nettoyage d'objets...

- les obsessions d'accumulation : impossibilité de jeter (prospectus, objets, vêtements...).

- les compulsions de vérification : fermeture des portes, des appareils ménagers, de l'orthographe d'un mot, de dates, etc.

- obsessions de symétrie et d'ordre 

- obessions à thème agressif : peur de faire du mal, peur de prononcer des insultes, peur de voler....

- les obsessions religieuses : peur de blasphémer, obsession du bien et du mal.

- les obsessions sexuelles : peur d'être homosexuel, peur d'être pédophile. Il est admis que les personnes qui souffrent de ce dernier type de compulsion ne passeront jamais à l'acte. C'est leur anxiété qui se traduit par ces pensées.

- rituels de répétition : entrer et sortir d'un lieu plusieurs fois, compter mentalement...

- autres compulsions : rituels mentaux, besoin de dire, trichotillomanie (s'arracher les cheveux), auto-mutilation, TOC du couple (ROCD)...

Il existe cependant des traitements anti-dépresseurs qui, associés à une théraprie comportementale et cognitive (TCC), ont fait leurs preuves.